Non à l’état d’urgence et à la privation de libertés.

Oui à un plan d’urgence pour l’hôpital et l’École publique


Les annonces mercredi 14 octobre du Président de la République pour lutter contre la montée de l’épidémie démontrent une fois de plus que les décisions de ce gouvernement sont incohérentes, inefficaces et principalement guidées par une idéologie ultra libérale et autoritaire.

Le gouvernement a démontré son incapacité à gérer intelligemment et efficacement une crise sanitaire : stocks stratégiques de masques, de réactifs pour les tests, de médicaments insuffisants voire inexistants en mars, campagnes de tests non ciblées avec des résultats délivrés bien trop tard rendant les tests inutiles à l’automne, messages contradictoires adressés à la population.

Par ailleurs, le fameux « quoi qu’il en coûte » s’est certes traduit par le financement du chômage partiel mais surtout par l’instauration d’un plan de relance au grand bénéfice des entreprises sans la moindre contrepartie pour l’emploi. Quant aux services publics, pourtant indispensables, aucune mesure n’a été envisagée pour améliorer leur fonctionnement dans la période.

Le Ségur de la santé (dont les mesures budgétaires sont compensées par une baisse des dépenses de santé de la Sécurité sociale) n’a en rien permis de régler la crise de l’hôpital et du système de santé. Alors que le président affirme que le gouvernement a tiré les enseignements de la première vague Covid, le ministère continue de fermer des lits et n’a pas augmenté les capacités d’accueil permanentes en réanimation depuis la crise, alors que les personnels, exténués, continuent de faire face tant bien que mal. Les augmentions de salaire insuffisantes ne permettent pas d’attirer des nouveaux personnels qui connaissent trop bien les conditions de travail inacceptables à l’hôpital qu’aggrave encore ce gouvernement. Quant aux volontaires venu·es prêter main forte dans les services au printemps, le gouvernement a refusé de leur verser la prime Covid… Tout ceci participe activement à l’épuisement actuel des personnels.

De même, dans l’Éducation nationale, et contrairement à ce qu’a pu faire l’Italie, le gouvernement n’a en rien anticipé la rentrée de septembre ni injecté des moyens d’urgence pour permettre la distanciation physique, l’aération des locaux ou le lavage régulier des mains, qu’il prône partout ailleurs. Si le gouvernement vante la limitation des regroupements à 6 personnes, des lycéen·nes, par exemple, passent 8h par jour dans des salles difficiles à aérer à 35 élèves sans distanciation. C’est à croire que le virus s’arrête aux portes des écoles et établissements !

Rien non plus n’a été fait pour permettre la prise en compte pédagogique des difficultés des élèves engendrées par le confinement. Le ministère demeure sourd aux exigences des organisations syndicales sur ces sujets ainsi que sur la gratuité des masques pour les élèves et personnels.

Devant son incurie, le gouvernement préfère rendre responsable la population de la remontée épidémique et choisit de bafouer les libertés individuelles en relançant l’état d’urgence sanitaire et en instaurant un « couvre-feu » dans certaines métropoles. Les travailleurs et travailleuses doivent sortir pour travailler - et l’École, pour cela, doit accueillir leurs enfants dans des conditions dégradées - mais ne peuvent pas se déplacer librement le soir ! C’est inacceptable.

La CGT Éduc’action exige l’abrogation de l’état d’urgence et de ce couvre-feu. Elle réaffirme la nécessité d’ouvrir en urgence et de façon pérenne des lits d’hôpitaux en augmentant immédiatement et drastiquement les postes et les salaires à l’hôpital. Elle continue aussi d’exiger des postes et des locaux en urgence dans l’Éducation nationale pour permettre distanciation et remédiation pédagogique, ainsi que la fourniture des matériels de protection de qualité et en quantité suffisante pour tous les agent·es et les élèves.


17 octobre

Arrivée de la Marche des Solidarités à Paris

Rassemblement en réation au meutre d'un collègue

15h République

21 octobre

Rassemblement en réation au meutre d'un collègue

17h30 Fougères, Pl. Briand

17h30 St Malo, collège Chat.

18h Rennes, République

18h Redon, sous préfecture

​​

3 novembre

CTA/CTSA

GT Mouvement

​​

5 novembre

GT AS

6 novembre

Bureau régional

GT Infirmier-ère

12 novembre

Collective Bretagne à Saint Brieuc

17 novembre

CTA

24 novembre

GT promotions

 

 

La CGT Educ'Action 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Bureau 120, 

31 Bd du Portugal 
CS 90837  
35208 RENNES Cedex

  

Permanences

le jeudi et le vendedi

de 9h à 16h

   

Fixe : 02 99 79 82 91   

Mobile : 06 19 61 48 08

  
  35@cgteduc.fr

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action 35

dans les instances

CAPD 1er Degré
 

04/06/20

+

Compte rendu

CTSD

 

22/09/20

​​04/09/20

CDEN

03/07/20

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action Bretagne

dans les instances

CAPA
 

PLP 05/03/20

PLC 05/03/20

CCP
 

ANT 05/06/20

AESH 29/09/20

CTA
 

17/06/20

 

CTSA
 

13/10/20

CCAFCA
 

24/06/20

Les dernières publications de la CGT Educ'Action

Comité Technique Ministériel

30/09/20

Conseil Supérieur de l'Education

06/10/20

​​

8 pages "Spécial" Stagiaires 1er et 2nd degré en INSPE rentrée 2020

8 pages"Spécial" Non-titulaires octobre 2020

4 pages"Spécial" ATSS janvier 2020

Le Petit Cahier
1° degré N°62
septembre 2020
PEF 165 : Octobre 2020

Derniers articles

Les Sites Nationaux
Le Site Fédéral
Les Sites Interprofessionnels
twitter_logoB.png
facebook_logoB.png
CGT Educ'Action
facebook_logoB.png
logo-Ferc-coul-2.jpg
CGT.png
facebook_logoB.png