1 milliard d’euros pour l’apprentissage. Pour les Lycées Professionnels : rien !



En recevant les organisations syndicales, le jeudi 4 juin, Emmanuel Macron a annoncé débloquer plus d’un milliard d’euros pour l’apprentissage. En plus des importantes aides déjà existantes de l’État et des Régions, ce seraient 5000 euros supplémentaires pour une entreprise qui engage un mineur. Cette aide serait sans condition pour les entreprises de moins de 250 salarié·es, et avec obligation pour les autres d’atteindre 5% d’alternant·es dans leurs effectifs à l’échéance de la mesure. Les entreprises de moins de 250 salarié·es recevaient déjà 4125 € par embauche. Selon l’entourage de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud avec cette mesure, un·e apprenti·e de moins de 20 ans ne coûtera rien à l’employeur.

La crise sanitaire a montré la différence de statut entre les lycéen·nes qui sont élèves et les apprenti·es qui sont salarié·es. Pendant la période du confinement, alors que la totalité des lycéen·nes étaient chez eux·elles, certain·es apprenti·es étaient contraint·es d’être au travail dans leur entreprise de “formation”. Les jeunes, notamment les alternant·es, seront les principales et premières victimes des diminutions d’emplois en cas de crise économique : ce sont de 40 000 à 60 000 licenciements d’apprenti·es qui sont prévus. Les apprenti·es ne sont pas des salarié·es comme les autres. Elles et ils sont dans un cursus de formation professionnelle initiale visant à leur faire acquérir une qualification. Cette crise montre que le statut le plus protecteur pour la formation des jeunes reste bien celui d’élève dans le cadre d’une scolarisation obligatoire de 3 à 18 ans. Plutôt qu’un énième plan de relance de l’apprentissage, la CGT Éduc’action revendique un plan d’urgence pour la voie professionnelle : des moyens pour accueillir tou·tes les jeunes, améliorer les conditions de travail et permettre la réussite des élèves : un seuil maximal de 20 élèves par classe en Bac pro et 12 en CAP, des moyens pour dédoubler, des volumes horaires d’enseignements disciplinaires qui permettent l’insertion professionnelle et les poursuites d’études avec des diplômes nationaux validant une formation qualifiante reconnue dans les grilles de classification.

20 novembre

CTSD bilan de rentrée

21 novembre

11h : République

Rassemblement contre la loi sécurité globale

14h : Esp. CdGaulle

Rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles

24 novembre

GT promotions

25 novembre

CDEN : bilan de rentrée

 

Journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles

 

 

La CGT Educ'Action 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Bureau 120, 

31 Bd du Portugal 
CS 90837  
35208 RENNES Cedex

  

Permanences

le jeudi et le vendedi

de 9h à 16h

   

Fixe : 02 99 79 82 91   

Mobile : 06 19 61 48 08

  
  35@cgteduc.fr

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action 35

dans les instances

CAPD 1er Degré
 

04/06/20

+

Compte rendu

CTSD

 

20/11/20​​

CDEN

03/07/20

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action Bretagne

dans les instances

CAPA
 

PLP 05/03/20

PLC 05/03/20

CCP
 

ANT 05/06/20

AESH 29/09/20

CTA
 

17/11/20

Déclaration

Réponses du rectorat

CTSA
 

13/10/20

CCAFCA
 

24/06/20

Les dernières publications de la CGT Educ'Action

Comité Technique Ministériel

03/11/20

Conseil Supérieur de l'Education

06/10/20

​​

2 pages "Spécial" Greta nov. 2020

4 pages "Spécial" Concours 2021

8 pages "Spécial" Stagiaires 1er et 2nd degré en INSPE rentrée 2020

8 pages "Spécial" Non-titulaires octobre 2020

4 pages "Spécial" ATSS janvier 2020

Le Petit Cahier
1° degré N°63
novembre 2020
PEF 165 : Mutation 2021

Derniers articles

Les Sites Nationaux
Le Site Fédéral
Les Sites Interprofessionnels
twitter_logoB.png
facebook_logoB.png
CGT Educ'Action
facebook_logoB.png
logo-Ferc-coul-2.jpg
CGT.png
facebook_logoB.png