Bac pro 3 ans : et si pour une fois encore la CGT Educ’action avait raison ?


En 2009, lors de la généralisation du bac professionnel en 3 années au lieu de la version 2 ans de BEP et 2 ans de bac professionnel, la CGT avait mis en garde les enseignants, inspecteurs et rectorat qui le préconisaient de la difficulté des jeunes qui s’orientait vers ces voies et que sans baisse du niveau d’exigence la difficulté serait encore plus grande. Cà y est le cap est franchi cette année pour plusieurs bacs professionnels qui ont vu leur référentiels refondés ainsi que les tableaux permettant l’obtention des diplômes et les modalités de leur passage. Il n’y aura plus de contrôle en cours de formation (CCF) en classe de seconde professionnelle qui deviendra une classe de formation et de détermination de l’orientation de l’élève mais pas dans le même sens qu’en seconde générale et technologique, dans cette seconde professionnelle les élèves pourront se réorienter dans une autre voie professionnelle en première avec de l’accompagnement personnalisé (très personnalisé pour eux) et pour dire surtout que la voie subie à départ n’était pas la bonne mais que l’autre il est sur que c’est la bonne. Bien sur le tout sans le pénaliser en vue de son examen, parce qu’il n’a pas passé de CCF. Pour les Périodes de Formation en Milieu Professionnel, il est fortement recommandé d’utiliser une des 22 semaines pour apprendre à nos élèves à faire une recherche efficace de PFMP, de les guider et si peine perdue de leur trouver leur PFMP. Les élèves que nous accueillons en bac professionnel sont plus jeunes donc moins mobiles, faute de permis de conduire (les anciens élèves de bac professionnel avait en moyenne 18 ans donc parfois la possibilité d’avoir le permis de conduire et un véhicule) et parfois même n’ont même pas de scooters. Les PFMP ne sont donc pas orientées de façon pédagogique mais matérielle, c’est-à-dire au plus proche du domicile ou du lycée pour avoir un accès facile. De plus, les entreprises ne peuvent pas faire réaliser des taches certificatives aux élèves car ils sont mineurs (non responsables de leurs actes) même avec une assurance et une dérogation. Par conséquent, dans les référentiels des nouveaux bacs professionnels et des Certifications intermédiaires qui y sont adjoints, les corps d’inspections et branches professionnelles représentées ont pris ces contraintes en compte pour leur rédaction et le tableau de certifications. Pour faire la revue de détails de ces nouveaux référentiels, je m’appuierai sur celui du bac pro ELEEC qui devient bac pro MELEC Pour revenir sur les PFMP, ces périodes ne seront plus certificatives, elles ne seront plus jugées en vu de l’examen comme avant avec un oral et une étude de cas écrite à préparer (coeff 6 dans l’ancien référentiel) mais elles pourront servir à valider des compétences en vu du futur contrôle en cours de formation (CCF) pour valider des taches professionnelles. Donc le nombre de semaines peut être mis à 21 si le lycée fait un travail de préparation en classe de seconde pour les PFMP et il n’y a plus que les attestations qui seront exigées au jury d’examen (ce qui est fait pendant la PFMP et du ressort de l’enseignant de spécialité s’il veut l’utiliser ou pas dans sa valorisation des compétences). En remplacement de cette unité, les enseignants de spécialité ont une tache de plus à juger la réalisation d’un ouvrage. Il est vrai que dans l’ancien référentiel c’était un pré requis du BEP (vu qu’il n’y a plus de BEP) il faut que les bacheliers sachent réaliser un ouvrage avant d’aller sur le marché du travail et que les enseignants le certifient par l’obtention du diplôme. U31 réalisation d’un ouvrage porte le même numéro d’épreuve que l’ancienne épreuve de certification des PFMP par contre le coefficient est tout autre il passe de 6 à 4 donc il était plus important de bien faire en entreprise que de savoir réaliser un ouvrage pour être un bon ouvrier. De plus, les autres épreuves ne changent pas en pratique, il y a toujours U32 mise en service d’un ouvrage et U33 maintenance d’un ouvrage. Par contre, l’U34 reparamétrage et reconfiguration d’un ouvrage épreuve où les élèves étaient en difficulté car elle demandait de la concentration sur 3 heures disparait complètement. Ensuite, l’épreuve U2 Etude d’un ouvrage (seule épreuve sur table qui balaie tous les programmes sur les 3 années) qui permettait de garder un semblant de nationalisation du diplôme passe en CCF et s’appelle maintenant préparation d’une tache en vu de livrer un ouvrage. Pour continuer dans le sens voulu par cette refondation, l’examen en CCF est revu. Maintenant au lieu de faire passer un TP qui s’appuie sur des compétences vues durant l’année, les professeurs d’enseignement professionnel devront s’appuyer sur un livret de compétences (si possible numérique) où ils valideront les compétences dans trois des 5 domaines de l’électricité (bâtiment industriel obligatoire plus un des 3 autres selon le bassin d’emploi). Donc employabilité de l’élève dans son bassin d’emploi mais plus sur la France entière. Et le livret de compétences qui comme dit l’inspecteur est la preuve que vous avez bien suivi l’élève pendant ces PFMP (grace aux porte folio qui valident les compétences) et que vous avez tout fait pour que l’élève est ces compétences validées avant le CCF qui n’est autre qu’un entretien pour lui montrer qu’il a validé et bien compris ces compétences en question pour chaque tache. Les modalités sont un entretien tous les 6 mois soit pour réorienter l’élève soit pour le remobiliser et mettre en place de la remédiation (TP adaptés) soit valider la tache vue. Enfin, le plus admirable dans tous ces changements est que tous les coefficients confondus des épreuves professionnelles arrivent à 14 alors que les épreuves d’enseignement général ont un coefficient de 12 donc un professionnel qui recrute un ouvrier avec un bac professionnel devra vérifier s’il est bon en professionnel ou en enseignement général et le nombre de compétences pour obtenir son bac professionnel passe de 29 à 15 pour le bac professionnel et de 24 à 9 pour la certification intermédiaire. La CGT l’avait annoncé en 2009 lors de la généralisation du bac pro 3 ans pendant le mandat de M Sarkozy et cela s’est réalisé en 2016 pendant le mandat de M Hollande. Bienvenue aux nouveaux travailleurs français.

Enregistrer

17 septembre

Journée d'action interprofessionnelle

Rennes : 11h30 espl. CdGaulle

Redon : 17h Sous préfecture

Fougères : 17h30 pl. A. Briand

Vitré : 17h30 pl. de la Gare

19 septembre

Marche pour la paix et le climat

Rennes : 15h espl. CdGaulle

Saint Malo : 15h

 

22 septembre

GT CTSD : 2nd degré

3 octobre

Marche des solidarités

Manifestation à Rennes

7 octobre

Initiative pour les 15 ans de la Sécurité Sociale

9h30-16h30 : Triangle

 

 

La CGT Educ'Action 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Bureau 120, 

31 Bd du Portugal 
CS 90837  
35208 RENNES Cedex

  

Permanences

le jeudi et le vendedi

de 9h à 16h

   

Fixe : 02 99 79 82 91   

Mobile : 06 19 61 48 08

  
  35@cgteduc.fr

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action 35

dans les instances

CAPD 1er Degré
 

04/06/20

+

Compte rendu

CTSD

 

11/05/20

+

Compte rendu

​​04/09/20

CDEN

03/07/20

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action Bretagne

dans les instances

CAPA
 

PLP 05/03/20

PLC 05/03/20

CCP
 

ANT 05/06/20

AESH 09/06/20

CTA
 

17/06/20

 

CTSA
 

02/07/20

CCAFCA
 

24/06/20

Les dernières publications de la CGT Educ'Action

Comité Technique Ministériel

15/09/20

Conseil Supérieur de l'Education

09/07/20

Voeu intersyndical

8 pages "Spécial" Stagiaires 1er et 2nd degré en INSPE rentrée 2020

4 pages"Spécial" AESHrentrée 2019

4 pages"Spécial" ATSSjanvier 2020

Le Petit Cahier
1° degré N°60
février 2020
PEF 164 : Juin 2020

Derniers articles

Les Sites Nationaux
Le Site Fédéral
Les Sites Interprofessionnels
twitter_logoB.png
facebook_logoB.png
CGT Educ'Action
facebook_logoB.png
logo-Ferc-coul-2.jpg
facebook_logoB.png