Quel avenir pour les circonscriptions ?

Un rapport de l’IGEN paru fin 2015 envisage des évolutions sérieuses pour les circonscriptions. Il s’agit, comme pour tous les rapports de l’IG, plus d’un ballon d’essai réflexif que d’un plan programmatique. Pour autant, il convient d’y porter attention car ces rapports sont parfois repris avec un décalage dans le temps.

Un des points de départ provient de l’avis des Dasen qui ne considéreraient pas la circonscription comme un bon niveau de pilotage pédagogique. Selon eux, les axes de travail étant élaborés au plan départemental, la multiplication des pratiques locales ne permettrait pas une harmonisation suffisante sur le territoire. Sous couvert de cette harmonisation, l’administration fait apparaître une volonté de centralisation des pratiques. Pour autant, les missions des IEN sont plébiscitées par ce rapport, notamment à cause de l’absence de statut de directeurs-trices.

Ainsi, le rapport ne propose qu’une évolution possible, qui plus est binaire : la disparition ou le maintien. Dans chacun des deux cas, deux possibilités sont évoquées ; en cas de maintien des circonscriptions, il est prôné un renforcement du « pilotage », une modification de la carte des circonscriptions pour la faire correspondre à des unités territoriales jugées pertinentes par l’administration (lesquelles ? désignées par qui ?). Il serait également préconisé une mutualisation des modes de gestion et de pilotage. On sent bien qu’il y a une nouvelle volonté de réduction des coûts… Certaines communes, prétextant le prolongement de la réforme des rythmes scolaires et la mise en concurrence, seraient favorables au transfert du pédagogique vers l’intercommunalité. Le rapporteur oublie cependant de préciser que certaines de ces communes, exsangues financièrement, voient, par ce biais, l’espoir d’un transfert de charge et le retour d’une partie de subventions.

Au-delà de cette question organisationnelle, il est également proposé de modifier les missions des IEN en les soumettant à des contrats d’objectifs, en développant les inspections d’écoles et en développant le travail conjoint avec les IA/IPR au sein du cycle 3 (réforme du collège quand tu nous tiens…). En cas de suppression, il est envisagé le retour aux fameux EPEP (vieux serpent de mer…) avec statut du-de la chef d’établissement et autonomie financière pour les écoles ou la création d’établissements publics du Socle autour du collège. Cette dernière option semble avoir la préférence des rapporteurs, conscients que ce serait une réforme sans frais. En effet, ils estiment que le principal obstacle aux EPEP serait le refus de l’AMF, qui craint de de-voir mettre la main au porte-monnaie et de voir les budgets communaux explosés en cas d’autonomie financière.

La dernière proposition est de créer des établissements publics du Socle commun. C’est l’application stricte et directe de la loi de Refondation qui envisage déjà de telles structures. Les écoles seraient placées sous la responsabilité du-de la principal-e du collège de secteur sur proposition du département ou de la commune. Des adjoint-e-s seraient dans les écoles et les IEN n’assureraient que des missions pédagogiques. Cela présenterait des avantages aux yeux de l’administration : économie d’échelle par la récupération de postes de secrétaire de circonscription, des indemnités éventuelles de direction, une récupération de postes de conseiller-ères pédagogiques et une centralisation accrue.

On le voit, toutes les préconisations vont dans le même sens : territorialisation de l’école et mise au pas à travers l’École du Socle. Tout ce que dénonce sans relâche la CGT Éduc’action. Nous restons vigilants à ces flèches lancées qui peuvent rapidement devenir des missiles. Les moyens pour mieux faire fonctionner l’École sont à trou-ver autre part que dans le grand livre du libéralisme.

27 novembre

Comité Technique Ministériel

28 novembre

Contre la loi sécurité globale

Rassemblement 11h République

Attestation

1er décembre

Journée de grève AED et vie scolaire

Rassemblement 11h30 DSDEN

Attestation

5 décembre

Pour les emplois, le salaire et progrès social

Rassemblement 11h Préfecture Martenot

Attestation

8 décembre

​12h Fermeture du serveur mutation inter

Les guides de la CGT

 

 

La CGT Educ'Action 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Bureau 120, 

31 Bd du Portugal 
CS 90837  
35208 RENNES Cedex

  

Permanences

le jeudi et le vendedi

de 9h à 16h

   

Fixe : 02 99 79 82 91   

Mobile : 06 19 61 48 08

  
  35@cgteduc.fr

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action 35

dans les instances

CAPD 1er Degré
04/06/20

+

Compte rendu

CTSD

20/11/20​​

CDEN

03/07/20

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action Bretagne

dans les instances

CAPA
PLP 05/03/20

PLC 05/03/20

CCP
ANT 05/06/20

AESH 29/09/20

CTA
17/11/20

Déclaration

Réponses du rectorat

CAEN

26/11/20

CTSA
13/10/20

CCAFCA
24/06/20

CREFOP

23/11/20

Label campus des métiers

Les dernières publications de la CGT Educ'Action

Comité Technique Ministériel

27/11/20

Conseil Supérieur de l'Education

06/10/20

​​

2 pages "Spécial" Greta nov. 2020

4 pages "Spécial" Concours 2021

8 pages "Spécial" Stagiaires 1er et 2nd degré en INSPE rentrée 2020

8 pages "Spécial" Non-titulaires octobre 2020

4 pages "Spécial" ATSS janvier 2020

Le Petit Cahier
1° degré N°63
novembre 2020
PEF 165 : Mutation 2021

Derniers articles

Les Sites Nationaux
Le Site Fédéral
Les Sites Interprofessionnels
twitter_logoB.png
facebook_logoB.png
CGT Educ'Action
facebook_logoB.png
logo-Ferc-coul-2.jpg
CGT.png
facebook_logoB.png