7 ans de réforme du lycée : 7 ans de suppressions de postes, de dérégulation et de mise en concurren

Le ministère a entamé des réunions pour faire le bilan de la réforme du lycée, mise en oeuvre à partir de 2009. Les discussions sont sans intérêt car le ministère n’entend pas remettre en cause cette réforme et ses conséquences désastreuses mais propose d’associer les syndicats à des ajustements techniques.

Depuis des années, les personnels ont au quotidien et sur le terrain fait le véritable bilan de la réforme Chatel : des économies budgétaires, une dérégulation généralisée et une mise en concurrence des personnels.

Moins d’heures de cours pour supprimer des postes

En lycée général, les suppressions de postes ont été massives ces dernières années car la réforme Chatel s’est traduite par une baisse de l’offre d’enseignement : moins d’histoire en série S, les mathématiques optionnelles en série littéraire, la baisse des horaires de langue...

En lycée technologique, la situation a été bien pire ! Depuis 2012, le gouvernement a refusé de revenir en arrière sur la réforme des STI, nous pourrions plutôt parler de massacre de la voie technologique industrielle. Le nombre de spécialités est passé de vingt à deux baccalauréats. Les conséquences pour les enseignants ont été dramatiques : mesures de carte scolaire, polyvalence imposée, reconversion forcée... La souffrance au travail a explosé !

A chaque lycée son fonctionnement, à tous la dérégulation

Depuis la réforme, les dédoublements ne sont plus définis par les textes et chaque lycée organise comme il le souhaite l’accompagnement personnalisé (en demi-classe ou en classe entière, disciplinaire, interdisciplinaire ou n’importe quoi !) De plus, une partie du baccalauréat en langue est évalué par des « évaluations en cours d’année », c’est-à-dire des épreuves maison sans réel cadrage national ou même académique.

Cela se traduit par de très fortes inégalités constatées non seulement par les personnels mais aussi par l’Inspection générale. Dans un récent rapport, elle fut bien obligée de reconnaître « le creusement des écarts entre les lycées ».

Pour les enseignants, c’est aussi l’introduction d’une forte flexibilité : l’organisation de l’accompagnement personnalisé peut changer d ’une année sur l’autre au bon vouloir de l’équipe de direction. De plus, l’AP est dans un certain nombre de lycées un moyen pour annualiser les services : un emploi du temps variable selon les trimestres voire des tentatives pour pondérer les heures d’AP dans les VS.

Des personnels divisés et mis en concurrence

L’« autonomie » des établissements est surtout le prétexte à une gestion locale de la pénurie. Les heures globalisées à répartir par chaque CA (10 en seconde, 6 à 10 selon les séries en 1e et terminale) sont – comme les IMP – l’objet de nombreuses rivalités entre collègues et entre disciplines. Ils sont à la source de marchandage entre les chefs d’établissement et les personnels. Les horaires de langue ont été globalisés et chaque établissement choisit de répartir la pénurie des 4,5 heures hebdomadaires. Comme chacun manque d’heures pour assurer un enseignement de qualité (et donner du sens à ce qu’il fait) et a besoin d’heures dédoublées pour travailler dans de bonnes conditions, la répartition locale des heures ne peut être que source de tensions.

Collège : la réforme du lycée en pire

La réforme de la ministre Vallaud-Belkacem est une adaptation de tous les effets néfastes (et des échecs flagrants) de la réforme que subissent les lycées depuis 2009. Elle vise à réduire les heures de cours, à introduire l’accompagnement personnalisé, et à mettre en oeuvre une pseudo-interdisciplinarité chronophage et vide de sens. Le tout bien entendu avec la sacro-sainte « autonomie » des établissements, sa globalisation des horaires (sur trois ans comme en lycée professionnel) et la répartition locale des heures dédoublées. Soyons conscient d’une chose : si la réforme du collège passe, les personnels des lycées subiront rapidement la déréglementation et la dégradation des conditions de travail dont seront victimes en premier lieu les personnels des collèges. Il est facile de s’en convaincre lorsque l’on prend connaissance des « pistes » du ministère dans le cadre du bilan : il propose par exemple d’étendre le socle commun – cet enseignement low cost – à la classe de seconde.

26 novembre

Conseil Acad. de Formation

Conseil acad. de l'Education Nat.

27 novembre

Comité Technique Ministériel

28 novembre

Contre la loi sécurité globale

Rassemblement 11h République

Attestation

1er décembre

Journée de grève AED et vie scolaire

Rassemblement 11h30 DSDEN

Attestation

5 décembre

Pour les emplois, le salaire et progrès social

Rassemblement 11h Préfecture Martenot

Attestation

 

 

La CGT Educ'Action 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Bureau 120, 

31 Bd du Portugal 
CS 90837  
35208 RENNES Cedex

  

Permanences

le jeudi et le vendedi

de 9h à 16h

   

Fixe : 02 99 79 82 91   

Mobile : 06 19 61 48 08

  
  35@cgteduc.fr

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action 35

dans les instances

CAPD 1er Degré
 

04/06/20

+

Compte rendu

CTSD

 

20/11/20​​

CDEN

03/07/20

Les dernières déclarations de la CGT Educ'Action Bretagne

dans les instances

CAPA
 

PLP 05/03/20

PLC 05/03/20

CCP
 

ANT 05/06/20

AESH 29/09/20

CTA
 

17/11/20

Déclaration

Réponses du rectorat

CTSA
 

13/10/20

CCAFCA
 

24/06/20

Les dernières publications de la CGT Educ'Action

Comité Technique Ministériel

03/11/20

Conseil Supérieur de l'Education

06/10/20

​​

2 pages "Spécial" Greta nov. 2020

4 pages "Spécial" Concours 2021

8 pages "Spécial" Stagiaires 1er et 2nd degré en INSPE rentrée 2020

8 pages "Spécial" Non-titulaires octobre 2020

4 pages "Spécial" ATSS janvier 2020

Le Petit Cahier
1° degré N°63
novembre 2020
PEF 165 : Mutation 2021

Derniers articles

Les Sites Nationaux
Le Site Fédéral
Les Sites Interprofessionnels
twitter_logoB.png
facebook_logoB.png
CGT Educ'Action
facebook_logoB.png
logo-Ferc-coul-2.jpg
CGT.png
facebook_logoB.png